mardi 24 mars 2015

JE LIKE, JE CLIQUE, DONC JE SUIS

STATUT DE L'IMAGE A L'ERE DE l'HYPERCONNECTIVITE. Les réseaux sociaux et l'usage généralisé des différents appareils connectés, (tablettes, téléphones portables) instaurent un nouveau rapport avec l'Image. Définitivement, l’image "postée" sur les réseaux sociaux a quasiment perdu toute sa sa densité artistique, et tout son «aura» au profit d'une image «jetable»; engouement bref, extrêmement volatile. Pour un utilisateur c'est comme s'il fallait toujours combler un vide ou un manque. La quantité, le flux incessant, nourri, primant sur la bonne image ou sur sa qualité. En fin de compte, l'image, le concept d'image artistique auraient-ils aussi perdu toute leur puissance iconique, au profit d'une valeur d'usage qui ne dépasse aujourd'hui guère plus de 4 heures de vie ? Quelle est sa spécificité d'une image publiée sur un réseau social. L'image 2.00 inclut principalement la notion de partage et de mutualisation généralisée. Cette démarche n'a rien d'altruiste, elle vise à s'ancrer dans un réseau social. PARTAGER Le réseau social est tapissé à la fois d'images interchangeables, "filtrées" ou non, (jaune, bleu, vert acidulée, et subliminales) et par les images d'un quotidien vécu, filmé ou photographié avec un téléphone que les gens se transmettent pour se remémorer des instants, ou qui font parfois office de dialogue entre des communautés d'esprit. Ces échanges d'images sont renforcés, étayés par des commentaires, et des commentaires sur les commentaires. L'émotion prime sur la réflexion ou la distance. Ce réseau, cet échange permanent et incessant existent toujours au présent et dans une immédiateté concrète. Etrangement, ces images, au même titre qu'un email, sous-tendent aussi toujours une action, un comportement, une projection dans un présent instantané. On remarque aussi que comme une publicité suggestive, telle image publiée sur Instagramm ou Pinterest affleure à la fibre "affective" de chacun ou d'un public articulé en réseau d'opinions et fait appel aux désirs inconscients, et à l'inconscient de son public ou du regardeur. Elle instaure à la fois un lien technique et un dialogue. Ce n'est pas pour rien qu'elle est utilisée à des fins commerciales, souvent dans une dynamique de marketing dit "viral", où l'irrationnel prime. Cette image n'est pas, n'est plus une incarnation, elle est juste un rouage, un élément participatif d’une dynamique de réseaux ou de promotion de soi qui s'actionne de manière incessante. Le crédo des utilisateurs de ces réseaux sociaux pourrait donc être : JE LIKE, JE PARTAGE, DONC JE SUIS.